Les Lacoste père et fils: deux champions à Courbevoie

Tout commence avec Jean-Jules Lacoste, né  en 1861 dans un milieu très modeste et de père inconnu.

Jean Lacoste va connaître grâce à l’aviron une remarquable ascension sociale. Licencié à la Société nautique bordelaise, il devient champion du Sud-ouest et intègre la bourgeoise bordelaise.

Jean-Jules Lacoste, champion d’aviron

Un industriel l’engage dans une entreprise spécialisée en électricité et en automobile. Il devient motoriste et se retrouve sous-directeur de l’usine au moment d’épouser Marie-Madeleine Larrieu-Let.

Il monte à Paris, s’installe 181 rue Armand Silvestre à Courbevoie et y monte sa propre entreprise la Société Lacoste J. et Cie pour automobiles et motocyclettes, tout en déposant de multiples brevets.

Il va s’informer de nouvelles techniques aux Etats-Unis et ouvre des succursales à l’étranger.

Jean Lacoste – président de la SNBS

Lacoste devient conjointement directeur de l’usine Hispano-Suiza voisine et président de la Société Nautique de la Basse Seine. Il sera président de la SNBS de 1919 à 1948. On peut encore voir ses portraits dans les couloirs du club alors qu’un bateau porte son nom.

Des automobiles Lacoste sont maintenant fabriquées à Courbevoie ainsi que des moteurs d’avion pendant la première guerre mondiale.

Voiturette Lacoste 1905

Jean-Jules Lacoste fréquente la haute société parisienne et des pilotes légendaires comme Antoine de Saint-Exupéry.

En 1904, les Lacoste ont eu un fils, René, qui grandit entre sport et industrie.

Lacoste, père et fils en voiturette Lacoste
René Lacoste, 10 ans dans la maison de la rue Armand Silvestre

Mme Lacoste offre une raquette à son fils pour ses quatorze ans. Il s’entraîne un peu contre le mur du garage puis intègre le Stade français.

En 1923, René prépare polytechnique, mais ses performances sportives lui offrent une autre voie. Devenu champion de France il choisit le tennis et devient en quelques années une des vedettes du tennis français, un des légendaires mousquetaires avec Cochet, Brugnon et Borotra.

Suite à un pari portant sur une valise en crocodile, il adopte ce surnom et en 1933 imposera sa griffe sur les maillots de tennis.

Après une carrière prestigieuse et l’essor de sa marque devenu objet de luxe, René Lacoste pense à se reconvertir. Il commence avec son père chez Hispano-Suiza. Il rencontrera Mermoz ou Costes et aidera à perfectionner les moteurs des longs courriers qui permettront la première liaison aérienne entre la France et l’Amérique du Sud et la traversée de l’Atlantique entre l’Afrique et le Brésil.

En 1934, avec Charles Waseige et Charles Marcus, il est un des fondateurs d’Air-Equipement, une société basée 112 boulevard de Verdun, encore et toujours à Courbevoie !

La société Air Equipement sera essentielle dans la conception du Concorde et d’Airbus.

René Lacoste continuera à jouer un rôle important dans plusieurs autres entreprises aéronautiques françaises.

Sources: Gallica/BNF

Les Lacoste :

Histoire d’Air Equipement: